Souriez vous êtes tracés

samedi 1 septembre 2007 [12:35:29]

Souriez vous êtes tracés
Objectivement l'informatisation généralisée de nos actes quotidiens génère un nombre croissant de traces. Chaque connexion à un système (téléphone portable, carte bancaire, internet etc.) laisse une trace sur une machine, ces données sont conservées de plus en plus longtemps grâce à la baisse constante des prix du stockage numérique. Par exemple les enregistrements de vidéo-surveillance autrefois stockés sur cassette vhs sont maintenant directement conservés sur disque dur ce qui rend le stockage presque illimitée.

Le problème avec les machines c'est qu'elles n'ont pas la faculté d'oublier.

Non seulement les traces que nous laissons sont toujours plus nombreuses et investissent notre vie privée mais leur conservation s'éternise, pourtant ce n'est pas encore le pire, car à cela s'ajoute le progrès des programmes d'analyse de données qui produisent des croisements d'informations de plus en plus efficaces. On peut aujourd'hui indexer d'énormes quantités de données (ex: plusieurs dizaines de milliards de pages indexées par google) et exploiter ces données à la vitesse de la lumière (combien de temps prend un requète sur google ?).

Une communauté comme myspace (plus de 150 millions de profils) est facilement gérée et surveillée avec des outils informatiques, nous avons même accès aux traces de nos échanges, nos messages sont conservés etc. Imaginez ce que peut faire un gouvernement avec les données concernant à peine 66 millions d'habitants ?

En additionnant la surveillance privée (social networking facebook: écoutez le boot de D.Guez) et la surveillance policière il devient difficile d'échapper au scan global.

Toutes ces traces quelles soient textuelles, chiffrées, images, audios ou vidéos sont désormais numérisées voire numériques par conséquent des programmes d'analyse scannent l'ensemble des informations et en croisent les références en permanence.

On peut donc affirmer tranquillement que la "surveillance totale" est désormais active. Ce qui m'étonne c'est qu'on n'arrête pas davantage de criminels, de pirates informatique ou d'activistes politiques... peut être pour ne pas nous alarmer.

Une chose est certaine nos gestes et actes de la vie quotidienne sont surveillés en permanence. Nous sommes tous en "liberté surveillée", ceci dit, tant que vous n'avez rien à vous reprocher vous êtes tranquille (quoique personne n'est à l'abri d'un bug dans la matrice... Braziiiil... la la la ).